Parlons Santé
Exposition au bruit

Audition, une histoire de capital

Nous naissons avec un stock limité de cellules sensorielles dans les oreilles. Les bombarder de décibels, c’est prendre le risque de voir ce stock rapidement diminuer et de fragiliser son audition. Mieux vaut donc adopter au plus vite les bons réflexes !

CIAMT-parlons-sante-audition-histoire-de-capital

Préservez votre capital auditif

Nous naissons avec environ 15 000 cellules sensorielles par oreille. Ce sont elles qui « traduisent » les sons en messages nerveux pour permettre à votre cerveau de les analyser. Autrement dit, c’est grâce à elles que nous entendons. Or, ce stock de cellules ne se renouvelle pas. Il s’épuise naturellement tout au long de la vie, ce qui explique que l’audition diminue avec l’âge. Mais ces cellules sont vulnérables et peuvent aussi mourir prématurément en cas de maladie ou d’agressions sonores. Le seul moyen d’éviter les risques de surdité précoce, c’est donc de préserver ce capital.

Limitez votre exposition au bruit

Pour protéger vos oreilles, ayez le réflexe de baisser le niveau sonore, notamment lors de l’écoute de musique ou autre au casque, et/ou de diminuer votre temps d’écoute. Ménagez aussi des temps de repos pour l’oreille car, même à un niveau raisonnable, une exposition prolongée au bruit finit par générer de la fatigue.

93dBA
Limites d'exposition
sonore :
20 h à 93 dBA/semaine (musique au casque) 2 h à 103 dBA/semaine (équivalent discothèque).

Protégez vos oreilles

En cas d’exposition à des sources sonores de fort niveau, pensez à vous munir de protections individuelles. Les casques antibruit et bouchons sans filtre, en silicone ou en mousse, offrent une bonne parade aux bruits en général. Plus sophistiqués et particulièrement adaptés aux amateurs de musique amplifiée, les bouchons à filtre ont été spécialement étudiés pour protéger votre audition tout en préservant le confort d’écoute.

Le saviez-vous ?

59 % des actifs se disent personnellement gênés par le bruit et les nuisances sonores sur leur lieu de travail*. Or, un bruit est plus dangereux lorsqu’il est subi. En plus des problèmes auditifs, il peut entraîner stress, élévation de la fréquence cardiaque, hypersensibilité, insomnie…

*Source : Enquête en ligne JNA Ifop menée auprès d’un échantillon de plus de 1 000 personnes, représentatif de la population française active occupée âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas, entre le 14 et le 19 septembre 2018.

Pour aller plus loin

L’appli utile : téléchargez gratuitement l'application sonomètre de l’association JNA - Journée nationale de l’audition - pour mesurer le niveau sonore de votre environnement.