Parlons Santé
Exposition au bruit

Bruit des transports : comment s'en protéger ?

Si l’impact des transports sur la pollution de l’air et, par ricochet, sur notre santé, fait régulièrement parler de lui dans la presse, le sujet du bruit reste, lui, paradoxalement en sourdine. L’exposition au bruit des transports, en particulier en zone très urbanisée, constitue pourtant un réel enjeu de santé publique. Découvrez comment s’en protéger.

Bruit des transports : comment s'en protéger ?

Longtemps tues, aujourd'hui sans doute encore sous-estimées, les conséquences du bruit environnemental sur la santé sont pourtant bien réelles. Selon une étude rendue publique en février 2019 par l'observatoire Bruitparif(1), 90 % des 10 millions d'habitants de la Métropole du Grand Paris sont exposés à des niveaux de bruit supérieurs aux valeurs recommandées par l'Organisation mondiale de la Santé. Dans ce périmètre, le bruit des transports serait ainsi responsable, chaque année, d'environ 108 000 années de vie en bonne santé perdues cumulées, soit une perte de 10,7 mois par habitant en moyenne au cours d'une vie entière.

Les conséquences du bruit sur la santé

Et les atteintes auditives (fatigue, gêne, acouphènes) ne sont pas la seule conséquence. Sur le long terme, le bruit a des incidences importantes sur le sommeil. Or, vous le savez, le sommeil est essentiel à la santé. Lorsqu'il est perturbé, c'est tout notre métabolisme qui est malmené. Néfastes pour la vigilance et la concentration, ces perturbations du sommeil et ce stress accumulés constituent également des facteurs aggravants de risque d'accident, y compris au travail.

Bruits environnementaux, de quoi parle-t-on ?

Les principaux coupables de l'élévation du niveau sonore de notre environnement sont les transports : la route - responsable à elle seule de 61 % des estimations de pertes d'années de vie en bonne santé dans la zone dense francilienne -, le ferroviaire et l'aérien.
Tout le monde n'ayant pas la possibilité de changer de logement ou de s'évader en pleine nature, la seule solution consiste donc à trouver le moyen de cohabiter le mieux possible avec cet environnement bruyant. Quelques gestes simples peuvent y contribuer.

Bruit des transports, comment protéger son capital auditif ?

Les bruits extérieurs étant principalement véhiculés par l'air, la première mesure consiste à renforcer l'isolation des portes et des fenêtres, via la pose de doubles vitrages ou, à défaut, de joints de calfeutrement ou de rideaux spécialement conçus pour améliorer l'isolation acoustique. Un soin particulier devra également être porté au choix de vos appareils électroménagers, de vos revêtements de sol afin de ne pas cumuler nuisances sonores intérieures et extérieures.
Et, bien évidemment, pas question de jouer la surenchère en augmentant le volume de vos écouteurs ou de votre télévision pour masquer le bruit ambiant. Offrez-vous au contraire des temps de repos et de calme pour reposer vos oreilles. Vous pouvez, pour ce faire, porter des protections auditives, en cire ou en mousse, quelques heures pendant la journée ou durant la nuit (pensez alors à remplacer votre réveil par un modèle avec vibrations).

Le saviez-vous ?

La perte d'audition est l'un des trois problèmes de santé les plus répandus dans le monde. Selon l'Organisation mondiale de la Santé, 360 millions de personnes souffrent d'une perte d'audition handicapante.

Fatigue auditive, reconnaître les signes d'alerte

Souvent irréversible, la perte d'audition peut en revanche être stabilisée dès lors qu'elle est traitée tôt. Si vous avez le sentiment que votre tolérance au bruit diminue, si vous souffrez de sifflements ou de bourdonnements ou si vous avez l'impression d'avoir les oreilles bouchées, parlez-en sans attendre à votre médecin du travail ou à votre médecin traitant.