Nos Savoir-faire
Troubles musculosquelettiques

Comment chasser les mauvaises postures ?

Les chiffres publiés par l’Assurance maladie font apparaître une baisse des déclarations de troubles musculo-squelettiques (TMS) de 4,1 % en 2016. Alors que les démarches de prévention en entreprise se mettent en place, c’est encourageant !

CIAMT-savoir-faire-chasser-mauvaises-postures

Le saviez-vous ?

Les TMS affectent les articulations, les muscles ou les tendons. Engendrant douleurs, raideurs ou difficultés de mouvement, ils peuvent rapidement devenir chroniques, voire conduire à un handicap irréversible.

Gestes répétitifs, sédentarité excessive, postures inappropriées… L’origine des troubles musculo-squelettiques (TMS) est aussi multiple que variée, et ils n’épargnent quasiment aucun secteur d’activité. Ils restent la première cause de maladie professionnelle en France et leurs conséquences pour l’entreprise sont également importantes, tant sur le plan humain qu’au niveau économique. La multiplication des arrêts maladies dus aux TMS induit absentéisme, turnover et baisse de performance, individuelle comme collective. La prévention de ces troubles est donc une priorité. C’est pourquoi, de l’établissement du diagnostic médical à l’aménagement ergonomique des postes de travail, le Ciamt vous propose de nombreux outils pour vous accompagner.

" Certaines entreprises nous sollicitent en amont de l'installation de nouveaux procédés ou locaux. Nous éliminons alors à la source nombre de facteurs de risques "

Otélia Szabo-Gay, médecin du travail au Ciamt

L’idéal est bien sûr de prendre le mal à la racine et de pouvoir engager des actions de prévention primaire en amont de l’apparition des troubles. Mais cela reste rare. « Récemment, la direction et le CHSCT d’une clinique nous ont contactés en prévision de travaux de réaménagement d’une partie de leurs locaux. L’un de nos intervenants en prévention des risques professionnels s’est rendu sur place et a pu proposer des solutions ergonomiques que les architectes n’avaient pas envisagées », confie Otélia Szabo-Gay.
Lorsque le mal est déclaré, des mesures sont prises pour prévenir les récidives et éviter la chronicité. Suite de la visite médicale pour déterminer la pathologie, un ergonome se rend sur le lieu de travail du salarié concerné pour identifier les dysfonctionnements et les moyens d’y remédier. Lorsque les troubles sont induits par le travail sur ordinateur par exemple, l’aménagement du poste de travail est simple à réaliser. Il ne nécessite pas d’investissements importants, si siège et bureau sont déjà aux normes. Plus complexe, l’étude de l’organisation du travail peut s’avérer utile pour réduire les sources de stress, qui constitue un facteur aggravant dans l’apparition ou l’installation des TMS.

" La sensibilisation des salariés apporte toujours des bénéfices "

La modification des habitudes posturales nécessite un important travail de pédagogie auprès des salariés. Des ateliers de sensibilisation aux gestes et postures en entreprise peuvent être organisés sur votre demande, dans vos locaux et sur les postes de travail. Ils permettent, après une période d’observation d’1 ou d’une 1/2 journée, de mettre en évidence les mauvaises postures afin de les corriger. « Ces ateliers sont essentiels à la démarche de prévention. Les salariés sont toujours plus impliqués lorsqu’ils prennent conscience des conséquences possibles de certains de leurs gestes et postures », souligne le Dr Szabo-Gay.

" La reprise rapide du travail est le plus court chemin vers la guérison. "

Lorsque les TMS ont conduit à un arrêt de travail, l’urgence consiste à trouver le moyen de maintenir le salarié en emploi et d’accompagner son retour. Nos ergonomes et conseillers vous aideront à trouver les solutions les mieux adaptées, en mobilisant, le cas échéant, les aides de l’Agefiph.
Préventives ou curatives, toutes les solutions tiennent compte de votre réalité, pour améliorer le confort de vos salariés et soutenir la performance de votre entreprise.

Pour aller plus loin

- Le quizz de l’INRS, « Les TMS, en quoi mon entreprise est-elle concernée ? »
- La brochure de l’INRS, « Vous avez dit TMS ? »
- La brochure de l’Inpes et de l’Assurance Maladie, « Mal de dos. Prendre soin de son dos »