Nos Savoir-faire
Maintien en emploi

Arrêt maladie de longue durée : les 5 clés du maintien en emploi

Lorsqu’une pathologie risque de retentir sur la vie professionnelle, il est impératif d’examiner toutes les pistes de maintien en emploi. Elles sont nombreuses et diffèrent selon la nature des difficultés médicales et la situation administrative. Le principal facteur clé de succès dans la réussite d’un maintien en emploi sera l’implication le plus précocement possible des chefs d’entreprise ou de leurs représentants. Tour d’horizon.

CIAMT-savoir-faire-arret-maladie

1. La visite de pré-reprise

Dans le cadre d’un arrêt maladie d’une certaine durée, d’origine professionnelle ou non, la visite de pré-reprise est l’opportunité d’étudier tous les moyens susceptibles de garantir le maintien en emploi du salarié concerné. Cette visite peut être déclenchée à tout moment, y compris lorsque la date de reprise n’est pas encore fixée. Notre conseil : ces démarches liées à l’aménagement de poste, au bilan de compétences ou au projet de formation prennent du temps et ne s’improvisent pas.

À noter : la VPR peut être sollicitée par le salarié lui-même à tout moment durant son arrêt de travail

2. L'aménagement du poste de travail

Nos équipes se tiennent à votre disposition pour identifier besoins d’adaptation et aménagements nécessaires au maintien au poste dans l’entreprise.

Ces préconisations d’adaptation sont faites auprès du chef d’entreprise ou de ses représentants. Les démarches peuvent être faites avec les membres du Comité d’hygiène, de la sécurité et des conditions de travail (CHSCT) au sein de l’entreprise et portent d’une part sur :

  • l’aménagement matériel du poste de travail avec intervention d’ergonome si nécessaire,
  • l’aménagement du temps de travail, les déplacements et l’organisation des missions de travail ;

et, d’autre part sur les démarches administratives pour le salarié, avec la demande de Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH), de temps thérapeutique, d’invalidité…, et pour l’entreprise, avec la demande d’aide à l’AGEFIPH, pour obtenir les aides financières correspondantes.

Bon à savoir

Des essais de retour à l’emploi de 3 jours sont possibles au cours de l’arrêt de travail, après accord de la Cramif (Carsat Île-de-France), pour valider les aménagements nécessaires au retour en entreprise. Nous saurions vous conseiller dans cette démarche d’essai encadré.

3. Le reclassement dans l'entreprise

La loi sur la prévention de la désinsertion professionnelle autorise le salarié à réaliser un bilan de compétences ou à suivre une formation de courte durée pendant l’arrêt de travail pour envisager un reclassement dans l’entreprise. Ce projet doit faire l’objet d’un accord préalable de la sécurité sociale et d’une consultation des délégués du personnel.

4. Le reclassement professionnel externe ou la création d'entreprise

Si le maintien au poste de travail ou bien sur un autre poste au sein de l’entreprise n’est pas envisageable, la réalisation d’un bilan de compétences permettra au salarié d’élaborer un projet de formation professionnelle permettant une reconversion externe ou bien la création de sa propre entreprise.

5. L'accompagnement sur la durée

Nous vous accompagnons pendant les premiers mois afin de valider la bonne exécution et la pertinence de la solution retenue.

Le saviez-vous ?

La Cellule maintien en emploi (CME) est constituée d’une équipe pluridisciplinaire réunissant assistantes du service social, conseillers maintien en emploi, médecins, ergonomes, psychologues, infirmières, assistants techniques de santé au travail, etc., qui interviennent selon les besoins précis de chaque salarié. cme@ciamt.org